Ihre Browserversion ist veraltet. Wir empfehlen, Ihren Browser auf die neueste Version zu aktualisieren.

Auf Social Media teilen

 

 

 

      Hol dir Hilfe!

       Cherches de l’aide!

             Chiedi aiuto!

           ¡Pide ayuda!

     Procura ajuda!

 Yardim Íste!

          Kërko ndhimë!

      Kérj segítséget!

      Get yourself some help!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cherches de l'aide!

Tu n'es pas coupable!
N'importe quelle forme de violence ou d'abus tu as vécu, peu importe le difficile que c'est: Tu n'es pas coupable d'avoir été abusé ou éprouvé de la violence. Dans toutes les formes d'abus et de violence la seule et unique responsabilité est de la personne que les a commis.

Tu n'es pas seul!
Dans 10% des familles suisses des enfants sont battus. 3000 à 4000 jeunes par an sont victimes d'abus sexuels pendant le sport et loisir. Combien d'enfants et d'adolescents sont, dans l'école, de loisirs et de sport, victimes de violence physique ou psychique ou d'abus sexuel? Beaucoup en tout cas et à travers toutes les couches de la société. Tu n'es pas seul avec tes expériences!

Tu peux en finir avec ton silence et parler des secrets désagréables!
Le silence des victimes est la meilleure protection pour les délinquantes. Souvent, les auteurs des crimes convainquent les victimes à garder le silence sur " leurs secret ". La peur de les dénoncer ensemble avec la peur que personne ne les croient est grande et pour la plupart ils n'osent pas en parler.
Es-tu concerné? Alors, il est important que tu
saches que c'est possible d'arrêter l'abus et la violence à ton égard et a l'égard autres enfants et adolescents. C'est important que tu parles, que tu racontes ce que t'as vécu pour avoir des prouves et en finir aves les crimes.

Essaye de parler toujours et encore!
Beaucoup de personnes concernées doivent raconter le vécu à plusieurs reprises jusqu'à que quelqu'un les crois et les aide. Si cela t'arrive ne laisse pas tomber essayes à nouveau jusqu'à que tu trouves de l'aide.

Où l'on te donne la foi et obtiens de l'aide!
Confies dans un adulte, un ami ou une amie ou adresses-toi à des services de consultation. Ces personnes comprennent tes craintes et tes soucis, te conseillent et t'aident à trouver des solutions. Informations sur les prestataires de ses services, tu trouveras dans l'annuaire téléphonique ou sous d'adresses.

Tu as le droit de chercher et recevoir de l'aide!
Ne te gènes pas, en cas d'urgence de devoir t'adresser à des adultes inconnus dans la rue, dans les trams, les bus, ou a un/e enseignant/e ou de t'adresser à quelqu'un d'autre. Tu as le droit de bénéficier de l'aide et le conseil, peu importe le difficile que ça a été. Voila les 10 droits fondamentaux de l'enfant selon la Convention des droits de l'enfant de l'ONU avec un total de 54 articles: Tu as le droit a

  • L'égalité de traitement et de protection contre la discrimination, indépendamment de la race, la religion, l'origine et le sexe
  • Un nom et une nationalité d'appartenance
  • La santé
  • L'éducation et la formation
  • Des loisirs, jeux et récréation
  • Être informé, a communiquer, être entendu et à partager
  • Une vie privée et de l'éducation au sens de l'égalité des droits et de la paix
  • Recevoir de l'aide immédiate en cas de catastrophes, en cas de situations d'urgence et à la protection contre la cruauté, la négligence, l'exploitation et la persécution
  • Une famille, une assistance parentale et un foyer sûr
  • Accompagnement en cas de handicap

Veux-tu lire la Convention des droits de l'enfant dans toute sa longueur et dans ta langue maternelle? Cette page t'explique la Convention en 58 langues www.unicef.org


Tu veux aider!

Tu es une personne proche d'un enfant ou adolescent concerné par des abus ou violence? Tu as été témoin de la violence et des abus envers des enfants/adolescents?

Tu veux aider? Les informations souivants peuvent d'être utiles

  • Ne fais rien de précipité! Si tu veux, tu peux prendre des notes telles que la date, l'heure, l'endroit et etc.
  • Très important: Cherches de d'aide toi-même!
    Raconte l'expérience a un adulte, appelle d'urgence la police (Suisse 117 | Allemagne 110 | Autriche 133) ou prend contact avec l'un des services de consultation, que tu trouves sous adresses et laisse-toi conseiller.
  • Raconte-les, que tu as déjà lu ou entendu parler d'autres cas d'abus et de violence envers enfants et des jeunes et que tu les crois.
  • Ne fais pas de promesses que tu ne pourras pas tenir.
  • Assure-les, que tu n'entreprendras rien sans leurs consentement.
  • Encourage-les a mettre fin à leur silence, à parler de leurs expériences et à chercher de l'aide.
  • Renseigne-les sur le fait que chaque enfant et chaque jeune a le droit à l'assistance et que beaucoup des ses mauvais traitements peuvent être empêchés, si ils se décident à en parler.
  • Renseigne-les sur les adresses où chercher de l'aide, dans l'annuaire téléphonique et les centres de consultation ici sous d'adresses.

La violence et l'abus

Par abus de l'enfant, il est question, si tes droits et la dignité sont menacées ou limités. En cas ou tu éprouves quelques formes d'abus et violence que soit.

  • Si tes besoins fondamentaux tels que, nourriture, vêtements, logement, soins de santé et cetera te sont refusés.
  • Si tu es marginalisé en raison de ton origine, de ta culture ou de ton état de santé.
  • Tu éprouves peu ou pas de chaleur humaine, peu de surveillance et de protection.
  • Si ton développement personnel, intellectuel, émotionnel et social est négligé, ou te fait obstacle.
  • Si on te laisse peu ou pas de place pour les phases de détente, de loisirs et de possibilités de contact avec d'autres enfants ou jeunes de ton âge.
  • Si ton comportement est contrôlé par de l'argent.
  • Tu es lors de la séparation/divorce de tes parents un moyen de pression financière entre eux.
  • Si tu es invité à des actes violents, militants ou des activités criminelles.
  • Si tu es offert pour des actes sexuels à d'autres.
  • Si tu es obligé a mendier, ou bien a travailler.

Tu vis de la violence physique

  • T'es agrippé brutalement, t'es battu, étranglé, pincé, brûlé, giflé, heurté, poussé, tapé de la tête ou tiré par les cheveux.
  • On te tire ou te tord le bras
  • Tu es menacé avec des armes ou des objets.

Tu vis de la violence psychologique - De l'harcèlement moral au travail ou à l'école

  • Tu vis la violence avec tes pairs: Il a de la mauvaise réputation et de la diffamation contre toi.
  • Tes biens te sont détruis, il y a de la violence contre tes amis, tes familiers ou contre des animaux d'estimation.
  • Tu es suivi, espionné, ou tu sens de la pression exercée sur toi.
  • Dans l'internet ou par téléphone portable courent d'informations sur toi genre avec des photos érotiques ou de scènes avec toi dans la salle de bain. NOTE: N'efface rien, sinon tu perdras des preuves.
  • Tu es traité comme un/e servant/e, t'es commandé, on te prend la parole et tu es à tout moment interrompu.
  • Tu es réprimandé, humilié, dévalué, on te fait du chantage et t'es considéré comme fou.
  • On te traite comme une propriété, on contrôle en permanence ce que tu fais ou avec qui tu parles, le contact avec tes amis ou des familiers t'es empêché ou interdit.
  • Tu es intimidé avec des regards, des gestes, des objets ou avec des armes.
  • Tu es rejeté, ignoré, ou est exigé de toi des comportements que tu n'es pas d'accord.
  • T'es spectateur de mauvais traitements où les délinquants nient ou minimisent l'abus, et la culpabilité t'es donné a toi.
  • On prononce des menaces a ton égard du genre: "tu n'iras pas au ciel, mais en enfer. Dieu va te punir. De toi ne sera jamais quelque chose. Tu n'aurais pas du être né. Je vais te/vous battre ou te/vous enfermer. Je vais t'envoyer dans un foyer ou une clinique. Je te/vous quitte. Je me tue. "
  • En cas de séparation des parents on essaie de te retirer des informations un sur l'autre pour prendre au profit et de faire en sorte que tu prennes parti d'une des cotés et en faire de toi un allié.

Tu vis des abus sexuels (agressions sexuelles, violences sexuelles, l'exploitation sexuelle)

  • Des phrases ou des observations d'ordre sexuels, des regards indiscrets (à l'école, en famille, dans la rue, dans l'internet, dans les transports publics, bars, disco et etc.)
  • Tu es ou tu te sens observé dans la salle de bain, la douche, ou dans les vestiaires.
  • Tu reçois des appels téléphoniques avec des paroles et sons indécents.
  • Tu reçois des e-mails avec des images ou des films pornographiques.
  • Les jeunes plus âgés que toi ou les adultes essaient avec des phrases telles que "mais tout le monde le fait ! " ou avec des cadeaux, ou des promesses, de te convaincre a que tu enlèves tes habits ou que tu te laisses photographier.
  • Des jeunes plus âgés ou des adultes se donnent en spectacle se montrent nus devant toi, te laissent les regarder pendant leurs actes sexuels, te montrent des photos ou des films porno, se touchent le corps et te demandent ou t'exigent d'y participer.

Des délinquantes, existent dans toutes les cultures et les dans toutes les couches de la société. Viennent souvent du coté de la famille, des écoles, des amis, des sports, des loisirs, de la religion, milieu médical ou le milieu socialement actifs. Les victimes, ont souvent au début avec les délinquants une relation que peut être considérée comme de serviable, une relation de confiance et c'est par la que commencent les abus. Les malfaiteurs abusent de sa position de confiance et d'autorité. Les victimes se sentent trahies et humiliées et sont le plus souvent contraintes au silence.

Est-tu victime d'abus et de violence?Tu as le droit de chercher de l'aide!


Les conséquences

Les enfants et les jeunes victimes ainsi que les témoins d'abus et de violence perdent la confiance, ont peur et doutent de leur propre perception. Deviennent muets, se sentent trompés, sans valeur, honteux, impuissants et perdent le contrôle sur leur propre vie. Se sentent coupables, alors que les seules coupables sont les malfaiteurs.

Expériences avec les abus et la violence ont souvent à court terme et malheureusement aussi des conséquences à vie

  • Si les victimes n'obtiennent pas de l'aide ou de l'aide n'est pas organisé, les coupables ne sont arrêtés et la justice n'est pas faite.
  • Les enfants/adolescents peuvent faire passer leurs tension intérieure sur les plus jeunes ou plus faibles que eux. Les frapper, menacer, extorquer, voler ou détruire leurs biens.
  • Laisser passer sous silence les abus et les violences conduit souvent la victime au repli sur elle même, a avoir des difficultés dans les rapports avec d'autres et parfois a prendre refuse dans l'Internet perdant ainsi le contact avec l'extérieur.
  • Beaucoup de personnes concernées tentent d'exercer leur douleur, leur peur, la culpabilité et le sentiment de honte avec de l'alcool et la consommation de drogues ou s'infligeant des blessures a soi même.
  • À l'école ou sur le lieu de travail ils attirent l'attention, par leur changement de comportement ou par leur ennui, ou aussi par des fortes performances des travaux.
  • L'accumulation de critiques vis-à-vis de soi même et à son comportement peut conduire a qu'ils se sentent dévalorises, sans importance et même a perdre le gout a la vie.
  • Pas toutes, mais beaucoup des victimes se rendent seulement compte des conséquences à l'âge adulte. Elles souffrent souvent par la suite des conséquences comme des dépressions, des dépendances, des co- dépendance, problèmes de relation, de troubles de l'alimentation, l'automutilation et de troubles de la personnalité.
    Entre-temps, a également été démontré que les enfants et les jeunes qui ont vécu la violence, et plus tard étant adultes on de grande chance exercer eux-mêmes ses abus.

Cookie-Regelung

Diese Website verwendet Cookies, zum Speichern von Informationen auf Ihrem Computer.

Stimmen Sie dem zu?